Renault 160-94, la famille s’agrandit

Renault 160-94

C’est pour combler le trou entre le 155-54 et le 180-94 que Renault va proposer le 160-94 à partir de 1993. Un tracteur de 150 ch qui rationalise la gamme haute de la marque. Nous en avons trouvé un bel exemplaire que voici, première main, resté 26 ans sur la même exploitation, avec un bon vécu.

Renault est depuis l’après-guerre le constructeur généraliste par excellence, capable de proposer des modèles de puissance moyenne. Pour les grosses puissances, la marque a un mal énorme à suivre la course effrénée. Alors que John Deere propose déjà 166 ch en 1972 avec le 4630, Renault sort son plus gros modèle, le 1451-14 de 145 ch, en 1974, modèle qui convaincra peu puisqu’il ne s’en vendra que 230 exemplaires en 6 ans. En 1981, Renault revoit sa gamme haute et propose les TX avec le 145-14 qui culmine à 135 ch, alors que Fendt perce avec ses Favorit 600 de première génération dont le porte-étendard, le 615, culmine à 165 ch depuis 1976, puis montera à 180 et 185 ch. On trouve le même scénario chez Fiat qui offre une gamme rationnelle jusqu’à 180 ch dès 1979. Bref, Renault est toujours à la peine pour suivre le mouvement. L’excellent 155-54 n’arrive qu’en 1989 et ne fait toujours que 145 ch. Au SIMA 1989, le 175-54 qui fait 165 ch est encore en gestation. C’est le premier pas vers plus de puissance. À défaut de transmission maison adéquate capable de supporter la puissance, Renault se tourne vers son confrère Steyr. Enfin, pour faire face à ses concurrents, Renault développe le180-94 qui lui, arrive à 170 ch DIN. Cette fois, il faut aller chercher une transmission de l’autre côté des Alpes, chez Same, qui a développé une toute nouvelle boîte à 9 rapports sous-charge capable d’encaisser les couples pour une puissance de 190 ch. Il faut maintenant combler le trou qui existe entre les 145 ch du 155-54 et les 170 ch du 180-94. Ce sera la naissance du 160-94 de 150 ch DIN en 1993. C’est un tracteur qui outre le fait de donner de la cohérence à la gamme, offre une transmission à 9 rapports sous-charge. Les Magnum, avec beaucoup plus de puissance, sévissent déjà çà et là avec entière satisfaction, la boîte powershift se démocratise… Retrouvez l’intégralité de cet article dans le n°53 de Génération Tracteur.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire